Veillée du livre pour la FILHA 2016

banner_ani
Première de couverture du roman La piste des sortilèges de Gary Victor

Cette année, 60 % de rabais sont offerts sur l’achat de tous les livres. Une centaine d’auteurs seront accueillis dont 40 en signature sur le site du palais municipal de Delmas.

Écrivains, éditeurs, membres de la presse, invités d’honneur ont tous été présents pour discuter entre eux et rencontrer les lecteurs et autres amis de la chaine du livre. Les discussions ont également porté sur le rôle du livre dans le développement de l’enfant, réflexion déjà évoquée dans le thème même de l’édition de cette année : « Je lis, je grandis ».

C’est pour le directeur général de la DNL, Frantz Carly Jean Michel, une façon de focaliser le débat sur les jeunes. Quelle importance revêt le livre dans la vie de l’enfant ? Pour aboutir à sa démarche, l’initiateur de la FILHA a invité plusieurs dizaines d’écoles et des milliers d’écoliers du pays en vue d’échanges fructueux avec les écrivains. Le choix de Gary Victor se révèle novateur puisque « c’est déjà quelqu’un qui est en contact avec les jeunes », a rappelé Frantz Carly Jean Michel.

Plusieurs conférences et rencontres sont organisées dans le cadre de cette 4e édition, un peu partout à Port-au-Prince, à la DNL, à Café Philo, à l’Institut français en Haïti. Des lectures et des mises en scène, des projections, des visites dans des écoles et des sessions à micro ouvert sont également tenues dans divers endroits et sur le site de la foire, au palais municipal de Delmas.

Plusieurs écrivains et invités participants au cocktail ont donné leurs témoignages de la FILHA. Pour le directeur des Éditions de l’Université d’État d’Haïti, Hérard Jadotte, la FILHA est l’un des rares salons du livre en Haïti. Avec le problème de librairies en Haïti, des initiatives pareilles ont besoin d’être multipliées et encouragées par l’État qui doit développer des politiques publiques autour du livre. Pour Rony Gilot qui signe cette année toute sa collection « Au gré de la mémoire », l’initiative est heureuse puisqu’elle offre le goût de lire à la jeunesse. Il croit que cela attise la vocation d’écrire auprès des jeunes.

Le directeur général du Conatel, Jean-Marie Altéma croit qu’il est aussi important au cours de cette foire d’encourager la production des livres en format numérique. « J’encourage les auteurs à se pencher aussi sur les plateformes pour promouvoir leurs livres et les soumettre en format numérique ». Le directeur général de la TNH, Dischler Marcelin, également écrivain participant à la FILHA, croit que permettre aux jeunes d’avoir accès au livre, c’est leur permettre de se déplacer, d’aller rencontrer le monde d’ailleurs, de voyager.

Une soirée marquée également par la prestation de plusieurs artistes et chanteurs comme Kebert Bastien, Renette Désir, Francisco Lafrance. L’invité d’honneur, Gary Victor, estime le moment important pour les enfants ainsi que pour les parents qui ont l’occasion de se procurer de livres à bon marché, à 60 % de réduction offerte par la DNL.


Par Schultz Laurent Junior (Le National)